Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2006-10 | Page d'accueil | 2007-03 »

mardi, 28 novembre 2006

Etymologie : le temple

medium_ACROP.jpg



Le temple a désigné à l'origine une partie du ciel délimité par les augures pour observer les messages célestes : phénomènes naturels et passages d'oiseaux.

En effet, le sens premier de templum est "espace délimité dans l'air par le bâton de l'augure comme champ d'observation en vue des auspices".
Le mot temple date du XIe siècle et provient du latin templum (tempare = diviser), dérivé du grec temnein (découper).
Ainsi, est-on passé du sens "d'espace consacré" à celui "d'endroit consacré" et enfin "d'édifice du culte".
La racine grecque du mot temple est temenos, qui signifie domaine séparé, espace réservé au culte et coupé du monde profane par des murs.
La racine indo-européenne tem (couper) s'est déclinée dans de nombreux mots d'origine grecque : tomos (morceau coupé) = tome, dikhotomia (division en deux parties égales) = dichotomie, et aussi, atome, anatomique, …

Le ciel sur la terre
Dans son dictionnaire des symboles, Nadia Julien précise à propos du temple : " … Puis ce fut l'édifice où se pratiquait cette observation, fidèle reproduction du temple du ciel ou espace céleste, divisé par le devin étrusque en quatre sections déterminées par deux droites se coupant à angle droit au-dessus de sa tête, le cardo dirigé de Nord au Sud et le decumanus d'Est en Ouest. Chaque secteur se subdivisait en quatre, ce qui donnait 16 parties hébergeant 16 groupes de divinités. C'est dans ce temple qu'il observait le vol des oiseaux et classait les foudres. Ce sectionnement fut adopté par les Romains pour la construction de leurs temples et de leurs villes."
Le temple est un reflet du monde divin. Raison pour laquelle de nombreux temples disposent de voûtes constellées, images du ciel et des étoiles. Ce sont des images cosmiques. Des répliques terrestres des archétypes célestes.

Le refuge des contemplatifs
"Le plan et la construction d'édifices sacrés constituent la plus vaste échelle de forme d'art. La plus ambitieuse, aussi, puisque l'homme tente de recréer le monde des dieux sur terre dans un espace tridimensionnel où les adeptes pénètreront tant physiquement que spirituellement." (L'architecture sacrée)
Et que fait-on dans un temple ? On pratique la contemplation des choses sacrées (contemplatio = examen approfondi). Cette contemplation s'est ensuite appliquée au regard intérieur que le croyant dirige sur les principes divins, à la communion de l'âme avec la divinité.
Le verbe contempler date du XIIIe siècle et provient du latin contemplari (regarder attentivement).

Jean-Pierre Dubois

Sources
Dictionnaire étymologique du français - Jacqueline Picoche - Les Usuels Le Robert
Dictionnaire étymologique - Jean Mathieu-Rosay - Marabout
Dictionnaire des symboles - Nadia Julien - Marabout
Signes, symboles et mythes - Luc Benoist - Que sais-je ? – PUF
Dictionnaire des symboles – Jean Chevalier-Alain Gheerbrant – Robert Laffont
Encyclopédie des symboles - Michel Cazenave - Le Livre de poche
L'architecture sacrée - Caroline Humphrey et Piers Vitebsky - Albin Michel



Publié dans Etymologie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | | Pin it! | | Dubois Jean-Pierre |